<
>
swopdoc logo
Download
a) trade for free
b) buy for 3.43 $
Document category

Notes
Psychology

University, School

Lycée Jean-Piaget, Neuchâtel

Grade, Teacher, Year

2015, M.Bessard

Author / Copyright
Text by Frances N. ©
Format: PDF
Size: 0.16 Mb
Without copy protection
Rating [details]

Rating 3.0 of 5.0 (1)
Live Chat
Chat Room
Networking:
0/0|0[0.0]|0/4







More documents
Une analyse de Guernica de Pablo Picasso Histoire de l’art Les Avant-gardes de 1900 à 1945 Une analyse de Guernica de Pablo Picasso Introduction Guernica est un tableau de l’artiste espagnol Pablo Picasso, réalisé en 1937 en réaction au bombardement de la petite ville basque de Guernica par l’aviatio­n allemande. en réaction au bombardement de la petite ville de Biscaye, Guernica, le 26 avril 1937 en pleine guerre d’Espagne­, par l’aviatio­n allemande. Cette imposante peinture à lhuile…

Psychologie TE 28.04.15

L'adolescence


  1. Introduction


  1. Définition difficile


L'adolescence est une période du développement de l'être humain qu'il est difficile de définir avec précision.

Le plus simple serait de la définir par ce qu'elle n'est pas: ce n'est plus l'enfance, ce n'est pas encore la maturité de l'adulte. C'est une période de transition.


Cette période de transition est difficile à cerner dans le temps. Il est encore facile d'en fixer le début dans la mesure où il se base sur un critère physique (puberté) mais déterminer la fin est beaucoup plus difficile, l'adolescence étant un phénomène à la fois physique et psycho-social.


Ces dernières décennies, la période de l'adolescence tend à s'étirer.

D'un côté la puberté devient de plus en plus précoce (début des règles vers 12-13 ans), de l'autre les jeunes quittent de plus en plus tardivement le domicile familial et demeurent plus dépendants matériellement et affectivement de leur famille qu'auparavant.


Si pendant longtemps l'entrée dans la vie active et le mariage (critères sociaux) ont marqué la fin de l'adolescence, actuellement tout est retardé à cause des études: études longues, ne pas trouver de travail, se marier plus tard à cause de dépendance financière majoritairement.


D’autre part, la société actuelle ne favorise pas toujours l’entrée dans le monde adulte parce que les ados sont plus libres dans leurs choix et ne sont pas obligés de se calquer sur les adultes de la génération précédente (leurs parents).

Si cela représente un avantage pour certains ados, solides psychiquement, cela peut compliquer la tâche aux ados fragiles à qui on demande plus qu’avant, d’"inventer", de "trouver la manière" de devenir adulte, autrement dit de faire appel à leurs propres ressources (critères psychologiques).

On peut évoquer à ce props le passage d’une société solide à une société liquide :

Download L'adolescence, Définition et Approche culturelle/historique
Click on download to get complete and readable text
• This is a free of charge document sharing network
Upload a document and get this one for free
• No registration necessary, gratis
  • spirituellement, laïcité, spéculation du monde WTF

  • professionnellement, je sais où je vais, où je suis.

  • Notions d’autodévastation, de honte…


B. Approche historique


L’adolescence est relativement récente dans notre culture:


La notion d’adolescence est née avec le romantisme (fin 18e) et avec les débuts de l’industrialisation. M’eme dans les écrits sur l’éducation, il n’en est pas question avant Rousseau, qui décrivait ainsi l’adolescence: "Orageuses révolutions qui s’annoncent par le murmure de passions violentes, un changement dans l’humeur, des emportements fréquents, une continuelle agitation d’esprit, (et qui) rendent l’enfant presque indisciplinable ; il devient sourd à la voix qui le rendait docile ; c’est un lion dans sa fièvre, il méconnait son guide, il ne veut plus être gouverné.


En Europe c’est en mai 68 que se développe cette culture adolescente, incluant la manière d’être, de penser, de s’habiller, de créer autour de l’adolescence.




Si l’adolescence est une étape de développement universelle, on sait que la manière dont elle s’exprime et son issue sont très variables selon les cultures.


  1. Dans certaines cultures dites primitives


Le passage de l’enfance à l’âge adulte ne pose aucun problème. La transformation du corps de l’adolescent lui donne une nouvelle place dans la société. Dans ces cultures, c’est la société qui balise et valide ce changement de statut par des rites de passage.


Ces rites de passages sollicitent toujours le corps et l’espace.


Au niveau du corps, l’adolescent doit souvent passer des épreuves (supporter le froid/faim, consommer des nourritures dégoûtantes, être roué de coups) et parfois il en garde des marques (scarifications circoncision, excision) qui vont justifier son nouveau statut.


Au niveau de l’espace, l’adolescent est souvent amené à changer de territoire (quitter sa maison pour passer 3j dans la forêt) Ces changements d’espaces évoquent la nouvelle place que l’ados va occuper dans la société: il doit quitter le monde de l’enfance pour intégrer le monde des adultes.


Au travers de ces rites de passage, c’est la collectivité qui prend en charge le passage de l’enfance à l’âge adulte.


Même si ces rites sont parfois astreignants, elles ont un rôle structurant, rassurant tant pour l’individu que pour la société.


Pour l’individu ; en codifiant le chemin qui mène au statut d’adulte, la société montre son désir d’intégrer au mieux et au plus vite possible son jeune dans le monde des adultes.


Pour la société : en balisant le passage de l’adolescence à l’âge adulte, la société garde un contrôle sur ses jeunes, diminuant ainsi le risque des dérapages.


b) Dans notre culture occidentale


Les individus doivent eux-mêmes ou à l’aide de certains groupes auxquels ils appartiennent qui doivent marquer le passage de l’enfance à l’âge adulte.


Toutefois il existe certaines expériences qui peuvent, par leur aspect symbolique, être considérés comme des rituels initiatiques (obtention du bac, service militaire, mariage).


Mais ces expériences gardent un caractère individuel qui ne leur donne pas la valeur de "rites de passage". L’adolescent ne peut que s’appuyer sur ses propres ressources et/ou celles de sa famille pour trouver sa place de jeune adulte dans la société.



S’ajoute encore une culture de la réussite individuelle qui complique la tâche de l’adolescent fragile. Pour trouver sa place d’adulte, il ne suffit plus de réussir professionnellement, affectivement… Ces nouvelles exigences desservent les ados vulnérables.


2. Adolescence et crise


Attention de ne pas confondre crise et symptômes chez un ados. On peut avoir tendance à dire qu’il est normal qu’un adolescent adopte des attitudes ou des comportements inadéquats ou étranges sous prétexte qu’il fait "sa crise d’ados". Autrement dit, on a tendance à normaliser des conduites graves (automutilation, troubles alimentaires, toxicomanie…) pensant que ces troubles vont disparaître.

On sait actuellement que c’est loin d’être le cas, la plupart du temps ces comportements sont des symptômes qui entrent dans le cadre de difficultés psychopathologiques. Ils faut s’en occuper et les soigner.


Seuls 15-20% vivent une adolescence très difficile.


Si la majorité ne présente pas de symptômes, on peut dire que tous les ados passent par une crise, dans le sens où l’adolescence elle-même est par définition une période de crise. La crise est définie comme "un changement subit, souvent décisif, favorable ou défavorable" ou "une période décisive ou périlleuse de l’existence" ou encore "une rupture d’équilibre".


L’adolescence est donc une crise, dans le sens où elle est une rupture d’équilibre (sortie de l’enfance), qui implique la recherche d’un nouvel équilibre (adulte).


Les changements liés à l’adolescence obligent l’individu à fournir un travail psychique qui lui permettre de trouver un nouvel équilibre, sa nouvelle identité d’adulte. Ce travail psychique est nécessaire à la résolution de sa crise.




Legal info - Data privacy - Contact - Terms-Authors - Terms-Customers -
Swap+your+documents