<
>
swopdoc logo
Download
a) trade for free
b) buy for 2.06 $
Document category

Term paper
Romance studies

University, School

Université de Lausanne

Author / Copyright
Text by Priska . ©
Format: PDF
Size: 0.73 Mb
Without copy protection
Rating [details]

Rating 4.2 of 5.0 (9)
Live Chat
Chat Room
Networking:
0/2|0[-1.0]|0/2







More documents
Carl E. Schorske, La Viena de fin de siglo. Política y cultura. Trad. de Silvia Jawerbaum y Julieta Barba. Buenos Aires: Siglo XXI, 2011. En Historia. Las últimas cosas antes de las últimas (Buenos Aires: Las cuarenta, 2010), Siegfried Kracauer se refiere a la relación entre el historiador, el pasado y su propia época, y la imposibilidad de fijar con certeza el factor subjetivo y operativo en la escritura de la historia. Para Kracauer, el historiador no es simplemente el hijo de su tiempo, en términos de influencias contemporáneas, y…
Description of renaissance, baroque and classicisme mouvements RENAISSANCE ET HUMANISME La Renaissance La Renaissance débute au XIVème siècle en Italie du Nord. C’est un période de renouveau artistique, littéraire et scientifique. L’ordonnance de Villers-Cotterê­ts, signée par François 1er fait du français la langue du pouvoir, du droit et de l’administratio­n. Le retour vers l’Antiquité : chaque artiste l’utilise pour affirmer sa vision du monde. Le contact avec l’idéal « humaniste » antique engendre un mouvement culturel…

Séminaire d’histoire littéraire Maïté Corthay

Le conte au XVIIIe siècle 5 mai 2010


l’entretien et la conversation

le conte comme reflet de la sociabilité au xviiie siècle


« L’entretien […] mêle les sujets, fait ricocher la discussion sur des thèmes divers, il mime la conversation dans son décousu et sa fantaisie. »[1] Cette citation de Michel Delon s’applique dans une première mesure aux contes de Diderot, dont il tente de dégager les mécanismes d’écriture, ainsi que les enjeux.

Mais elle peut aussi, dans un second temps, s’appliquer à d’autres auteurs du siècle des Lumières qui, ainsi que le très célèbre encyclopédiste, usent du dialogue philosophique dans leurs contes. Il apparaîtra donc intéressant, dans une perspective d’histoire littéraire, de se pencher sur ce type de discours qui, sous l’Ancien Régime, permit aux auteurs et philosophes de véhiculer leurs idées.

Afin de cerner les relations qui existent entre la culture des Lumières et sa production littéraire, trois contes dits « philosophiques » seront ainsi analysés sous l’angle de la conversation. Il s’agira de l’Entretien d’un philosophe avec la maréchale de ***, achevé d’écrire par Diderot en 1774 ; puis de Zadig de Voltaire, publié pour la première fois en 1747 ; et pour terminer, le conte de Sade écrit en 1788, Eugénie de Franval.

Ainsi, après une analyse des entretiens dans ces contes, nous tenterons de les comparer et d’établir des relations entre les œuvres et leur contexte, pour finalement en dégager les implications socio-culturelles.


L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert associe les termes d’entretien et de conversation, en ce sens qu’ils « désignent en général un discours mutuel entre deux ou plusieurs personnes ». Toutefois, l’entretien porterait plutôt sur un objet déterminé, tandis que la conversation passerait d’un sujet à un autre.[2] La définition de ces deux termes reprend donc en partie le propos de Delon au sujet de Diderot.

Mais voyons d’un peu plus près ce qu’il se passe dans le texte qui s’intitule justement Entretien.

Ce conte, qui s’inspire d’une véritable entrevue de Diderot avec la maréchale de Broglie, met donc en scène une conversation entre deux personnages, d’une part Diderot qui représente la figure d’un philosophe, d’autre part la maréchale, femme dévote de la société mondaine.

L’effet de mise en scène est d’autant plus fort que les répliques des interlocuteurs sont systématiquement signalées par leur nom, ainsi que le sont les personnages d’une pièce de théâtre. Le conte est d’ailleurs presque entièrement constitué de dialogue, à l’exception d’un premier paragraphe où le narrateur, alias Diderot, introduit cette conversation tout en dressant un portrait de la maréchale, ainsi que de deux autres phrases en fin de texte, qui permettent d’amener lR.....[read full text]

Download L´entretien et la conversation. Le conte comme reflet de la sociabilité au 18e siècle
Click on download to get complete and readable text
• This is a free of charge document sharing network
Upload a document and get this one for free
• No registration necessary, gratis
This page(s) are not visible in the preview.
Please click on download.
Download L´entretien et la conversation. Le conte comme reflet de la sociabilité au 18e siècle
Click on download to get complete and readable text
• This is a free of charge document sharing network
Upload a document and get this one for free
• No registration necessary, gratis

Quand à la question de l’entretien dans Zadig, elle est illustrée à plusieurs reprises par le biais de courts dialogues ou de séquences narratives. Mais au contraire du conte de Diderot qui, dans son ensemble, forme une seule et unique conversation, celui de Voltaire est une suite d’épisodes variés, mais illustrant la même thématique, à savoir le destin.

Un premier exemple d’entretien met en scène le héros face à une jeune veuve qu’il veut dissuader de se brûler vive par simple croyance en une tradition ancestrale. Tout comme Diderot en usait avec la maréchale, Zadig mêle à ses arguments purement rationnels des compliments, visant à séduire la jeune veuve pour mieux la convaincre : « et après s’être insinué dans son esprit par des louanges sur sa beauté […], il la loua encore sur sa constance et sur son courage ».[8]

Bien qu’ayant une visée philosophique, dans ce cas montrer l’absurdité d’une tradition tellement vétuste qu’on ne la remet même pas en question, la conversation ne se restreint pas à ce seul sujet. En effet, Zadig « lui parla longtemps d’une manière à lui faire aimer la vie »[9].

La conversation prend dans ce cas un rôle social « civilisateur », dans la mesure où elle permet à la veuve de développer son raisonnement. Car au XVIIIe siècle, la conversation est l’apanage des salons que fréquentent les hommes de lettres, tel Voltaire ; et ainsi que l’affirme l’Histoire de la France littéraire, « le salon apparaît donc, en définitive, comme un lieu de culture, au sens fort du terme, c’est-à-dire de formation de l’homme »[10].

Le terme « entretien » est encore mentionné un peu plus loin dans le récit, lors d’un repas organisé par un honnête homme et auquel sont conviés Zadig et l’ermite.[11] Il est encore question de la destinée qui est le thème clé du récit, mais la conversation ne s’arrête pas à cette thématique : « On parla des passions […].

On parla de plaisir. »[12]. Dans ce passage, l’entretien est doublement qualifié, puisqu’il est « aussi instructif qu’agréable »[13].

Download L´entretien et la conversation. Le conte comme reflet de la sociabilité au 18e siècle
Click on download to get complete and readable text
• This is a free of charge document sharing network
Upload a document and get this one for free
• No registration necessary, gratis
This page(s) are not visible in the preview.
Please click on download.
Download L´entretien et la conversation. Le conte comme reflet de la sociabilité au 18e siècle
Click on download to get complete and readable text
• This is a free of charge document sharing network
Upload a document and get this one for free
• No registration necessary, gratis

Cela ne ressemble pas à une conversation, telle que le siècle des Lumières la conçoit. En effet, on ne trouve dans ce dialogue aucune trace de divertissement ou de plaisir, car il s’agit d’une contrainte pour chacun des protagonistes : Clervil accepte l’entretien afin de rendre service à Mme de Farneille et à sa fille.

Quant à Franval, il est disposé à recevoir Clervil, dans la mesure où il s’imagine pouvoir le manipuler.

Pourtant la sociabilité du XVIIIe siècle, d’après l’Histoire culturelle de la France, stimule « les plaisirs intellectuels et ceux de la civilité tout à la fois » par le biais de l’art de la conversation, désigné comme un « plaisir »[15].

Mais la radicalisation des sujets, ainsi que l’absence de sociabilité des Lumières, marquent très nettement la rupture qui s’effectue entre les contes précédents et celui de Sade, déjà annonciateur d’un nouveau siècle et d’un nouveau courant.


Les conversations dans Zadig, de même que dans l’Entretien d’un philosophe avec la maréchale de ***, sont le reflet, et peut-être même le résultat, d’une sociabilié au XVIIIe siècle, qui se manifeste à travers l’augmentation croissante des salons, des académies et autres lieux où se rencontrent les gens de lettres, afin de confronter leurs idées et de former leur esprit.

La conversation est donc le centre même de cette sociabilité.

Réservé d’abord à un cercle fermé, composé de l’élite de la société et des savants, le discours philosophique s’ouvre, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, à un plus large public, à savoir la société mondaine, dont la conversation de.....

Download L´entretien et la conversation. Le conte comme reflet de la sociabilité au 18e siècle
Click on download to get complete and readable text
• This is a free of charge document sharing network
Upload a document and get this one for free
• No registration necessary, gratis
This page(s) are not visible in the preview.
Please click on download.

[11] Voltaire, op. cit., p. 87.

[12] Idem.

[13] Idem.

[14] Sade, Les Crimes de l’amour, Paris, Gallimard, 1987, p. 334.

[15] J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, tome 3, Paris, .....

Download L´entretien et la conversation. Le conte comme reflet de la sociabilité au 18e siècle
Click on download to get complete and readable text
• This is a free of charge document sharing network
Upload a document and get this one for free
• No registration necessary, gratis

Legal info - Data privacy - Contact - Terms-Authors - Terms-Customers -
Swap+your+documents